Sous les spotlights
Laisser un commentaire

Au Domaine Begude

Je vous avais déjà parlé du Domaine Begude à l’occasion de Mon vin du weekend #33. Et bien figurez-vous qu’après plusieurs mois à me délecter de ses vins au franc-parlé, j’ai enfin fait la connaissance de James Kinglake.

En 2003, Catherine et James, deux londoniens avertis, n’ont pas hésité à faire le grand saut ! Amoureux des vins blancs de Bourgogne, ils ont décidé de se lancer dans une nouvelle vie ; au rythme des saisons.
Les parcelles bourguignonnes étant difficiles à dénicher et trop onéreuses (tu m’étonnes !), ils se sont tout naturellement orientés vers l’autre grand terroir français du Chardonnay, l’AOP Limoux.

photo-vignoble

La petite route qui nous mène au Domaine Begude offre un panorama exceptionnel ; une vue imprenable sur les vignes qui fleurissent les collines alentours.
Ici, le cycle végétatif est soumis à des conditions particulières ; une altitude de 300 à 400 mètres, un climat où les influences méditerranéennes sont tempérées par les entrées océaniques, un sol argilo-calcaire. Des facteurs propices à une croissance et une maturation lente et régulière permettant d’exprimer des arômes élégants et préservant une jolie fraîcheur.

James connaît très bien les petits secrets de ses parcelles. 25 ha qu’il a entièrement restructurés, composés à 50% de Chardonnay et de cépages peu communs dans l’appellation : Grüner Veltiner (surgreffé à partir de rameaux made in Autriche), Gewurztraminer, Viognier, Pinot Noir.

photo-fut

En cave, il a su très bien s’entourer. Il travaille main dans la main avec Laurent Girault (maître de chai depuis 12 ans) qui applique une vinification et un élevage à la bourguignonne (élevage sur lies, bâtonnages), pimentés de son savoir-faire languedocien !

photo-vins

Une gamme moderne autant en terme de packaging que de qualité gustative.
Des étiquettes sobres et épurées, estampillées au logo original du domaine (une couronne entourée d’un lac illustrant la traduction du nom Kinglake), des capsules à vis (pour les IGP), des noms qui nous transportent (Bel Ange, L’Etoile, Le Paradis, Exotique).
Des vins aromatiques, droits, tendus, minéraux, persistants, qui se marient parfaitement avec la cuisine asiatique.

Bref, le Domaine Begude est pour moi un incontournable de la région. Un bel exemple d’adaptation, d’audace et de mutualisation des compétences. Comme quoi, il y a parfois du bon à passer les frontières !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *