Tire-bouchon
commentaires 2

Quels vins contre la crise de la quarantaine ?

Elle guette sournoisement les femmes et les hommes de la quarantaine puis arrive sans prévenir en soulevant de nombreuses questions existentielles…
Quels vins pour lutter contre la monotonie et l’angoisse du temps qui passe ?

Un vin festif qui rappelle les belles années
Vous avez besoin de vous rassurer : non, vous n’avez pas perdu la fougue de vos 20 ans, oui, vous êtes encore capables de vous éclater avec une bouteille à moins de 5€…
Dans ce cas, n’hésitez pas à renouer avec vos béguins d’antan ! Même si ce n’est pas dans un gobelet en plastique mais dans un verre à pied étincelant (il ne faut pas abuser quand même !).

Un vin refuge qui replonge dans le passé
Vous avez soif de réconfort, de raviver les saveurs qui vous ont fait grandir…
Je vous conseille de déboucher votre bouteille doudou ! Celle qui réveille votre mémoire olfactive, vos balades d’enfants, la cuisine de grand-maman, qui est restée gravée dans votre palais ou qui a marqué une belle étape de votre vie.

Un vin qui bouleverse les habitudes
Vous pensiez ne jamais pouvoir vous passer de votre appellation préférée, vous aimez le rouge sinon rien, vous êtes allergiques aux bulles, vous dénigrez le rosé, vous êtes chauvins et ne jurez que par les vins français, vous ne goûtez jamais du Viognier, vous n’osez pas le blanc avec du fromage…
Il est grand temps de donner du piment à votre vie en explorant des territoires sensoriels inconnus. Il n’y a rien de mieux que d’éveiller ses papilles pour ne pas tomber dans la routine !

Un vin qui procure du plaisir, tout simplement
Peut-être qu’il suffit de savoir apprécier pleinement tous les moments de vie, sans se prendre la tête et en ouvrant ses chakras.
Au diable la raison et l’introspection, vive les pépites qui émoustillent !

Vous l’aurez compris, ce billet a comme un air de vécu… Contre ma crise de la quarantaine, je choisis un vin rouge du Languedoc qui sent bon la garrigue en été, qui témoigne de la rudesse d’un terroir et de la force de la vigne, qui me donne envie de croquer dans ses baies gorgées de soleil et qui me rappelle mes premiers émois : la cuvée Lous Rougeos 2015 du Mas Jullien, AOP Terrasses du Larzac.

Un vin du midi pour dompter le démon de midi !

2 Commentaires

  1. encore un super article! excellent sujet qui me rappelle le rouge tanique des caves de Laurens dans lequel j’avais le droit de plonger un boudoir à la fin du repas dans le fond de verre de mon grand-père vigneron, papi Louis.
    Merci d’avoir éveillé ce souvenir

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *