En primeur
commentaires 4

Présidentielle 2017, quel vin pour quel candidat ?

A quelques jours du premier tour de l’élection présidentielle, je vous propose de détendre l’atmosphère avec des accords candidats et vins, à déguster avec le sourire…

Par ordre alphabétique :

Nathalie Arthaud
11 candidats dans les starting-blocks, avec seulement 2 femmes au compteur. Encore une fois, nous sommes loin de la parité.
Avec Nathalie Arthaud, contribuons à améliorer la visibilité des femmes dans le monde du vin, mettons les vigneronnes à l’honneur en débouchant une de leurs bouteilles !

François Asselineau
Avec François Asselineau, un vin de château !
Un vin souverain, à l’étiquette ornée d’un blason, issu de vignes protégées au sein d’un clos, qui ont bénéficié d’un microclimat privilégié.
Direction les vignobles prestigieux de Champagne ou de Bourgogne. Et pourquoi pas un Clos de Vougeot ?

Jacques Cheminade
A 75 ans, il est le doyen de cette élection présidentielle.
Avec Jacques Cheminade, on se fait péter un vin de garde !
On dépoussière la plus vieille quille de notre cave, un Médoc, à dominante de Cabernet Sauvignon, qui aura su passer l’épreuve du temps…

Nicolas Dupont-Aignan
Debout la France ! Avec Nicolas Dupont-Aignan, on sirote le vin français le plus connu au monde, un Saint-Emilion.
Ironie du sort, cette appellation, victime de sa notoriété, est la proie favorite des investisseurs étrangers (Belges, Chinois).

François Fillon
Avec François Fillon, on se fait offrir le vin le plus cher au monde !
Une bouteille du domaine de la Romanée-Conti, Grand Cru, produite à partir de Pinot noir. Au 1er mars 2016, elle se négociait en moyenne à 13 021 dollars, soit plus 11 959 euros.
Il suffit de savoir bien choisir ses amis…

Benoît Hamon
Alors, un vin qui a toute sa légitimité, mais qui se fait lâcher par les ténors de son parti…
Avec Benoît Hamon, on s’enivre au Beaujolais !
Un vignoble encore boudé par nos chers concitoyens, car souvent assimilé au Beaujolais Nouveau d’antan, de piètre qualité. Une bonne occasion de remettre les pendules à l’heure !
Primo, la qualité des vins primeurs s’est nettement améliorée. Deuxio, en Beaujolais il y a aussi des vins de garde, riches et complexes, au sein des 10 crus que compte l’appellation.

Jean Lassalle
Avec Jean Lassalle, il nous faut un cépage authentique, originaire du cru, qui roule les « r » !
Un rouge issu de Fer Servadou, que l’on retrouve dans tous les vignobles du Sud-Ouest, tout particulièrement à Gaillac. Il donne des vins rouges très colorés, tanniques, juste parfaits avec du gibier.

Marine Le Pen
Ici les choses se compliquent, je vais avoir du mal à vous conseiller un accord avec un vin déviant…

Emmanuel Macron
En marche avec une bouteille qui fait le consensus, que l’on a du mal à faire entrer dans une case.
Avec Emmanuel Macron, on pioche dans la catégorie Vin de France !
Anciennement appelée Vin de Table, il s’agit de Vins Sans Indication Géographique (VSIG), non rattachés à une région de production ou un terroir donné.
Les raisins doivent être récoltés et transformés en vin sur le territoire national. Depuis le 1er août 2009, leur étiquetage peut être complété par les mentions de cépage ou de millésime.
Cette catégorie à l’avantage de laisser une grande liberté aux vignerons.
Aimé Guibert, Mas de Daumas Gassac, a inventé le vin de table le plus cher du monde. Il a fait partie des fers de lance du Languedoc, en plantant du Cabernet Sauvignon sur le merveilleux terroir d’Aniane.

Jean-Luc Mélenchon
La France insoumise a su défendre le vin lors de la révolte des vignerons du Midi en 1907. Depuis le 12 avril 2014, il fait désormais « partie du patrimoine » français : « le vin, produit de la vigne, et les terroirs viticoles font partie du patrimoine culturel, gastronomique et paysager de la France ».
Avec Jean-Luc Mélenchon, on trinque en Minervois avec la cuvée Marcelin Albert des Vignerons d’Argeliers !
Un bel hommage à celui qui a mené cette bataille contre le vin de fraude.

Philippe Poutou
Avec Philippe Poutou, on se délecte avec un vin qui n’a pas la langue de bois !
Une cuvée franche, sans chichis, à l’expression corsée et épicée.
Les Vins de l’Ardèche (IGP Ardèche et Coteaux de l’Ardèche), à base de Syrah et Grenache Noir, de jolies pépites à petits prix.

Quelles que soient nos divergences d’opinion, retrouvons-nous autour d’un verre, notre péché mignon !

4 Commentaires

  1. Ohana Cathy dit

    Tu es toujours au Top !
    Merci et Bravo. Un peu d’humour dans ce « bourbier  » ça fait du bien
    Moi qui adore le vin j’ai sorti de la cave des supers bouteilles pour dimanche soir mais aussi des bouteilles oubliées qui seront certainement pas terrible….. on verra selon le résultat
    En attendant, je vais me taper un bon whisky, un single malt, plutôt speyside, minimum 18 ans, pour oublier qu’on vit sur une autre planète…. et que notre beau pays part en vrille ….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *