Tire-bouchon
Laisser un commentaire

Les Palmes d’or du Pink

Le Pink Rosé Festival, 1er festival international des vins rosés, a fermé ses portes. Il est grand temps de vous dévoiler mes Palmes d’or…

Palme d’or « rosé d’été »
Rozy, Vignobles Dom Brial, IGP Côtes Catalanes.
Le rosé d’été par excellence, ludique et festif, habillé d’un joli bikini pour les soirées plages.

Palme d’or « rosé solidarité »
Île de Rosé, IGP Île de Beauté, Vins de Corse.
Les viticulteurs corses de plusieurs caves coopératives se sont unis pour élaborer cette cuvée. Une initiative solidaire afin de porter haut la teinte pêche aux reflets roses de ce rosé à base de Sciaccarellu. Un vin léger, fruité à souhait. Un packaging réussi qui met en avant l’identité corse avec modernité.

Palme d’or « rosé typicité »
Idylle, La Tour Melas, Grèce.
Une dominante d’un cépage autochtone, l’Agiorgitiko, qui nous emmène au centre de la Grèce (au nord d’Athènes), en compagnie d’un vin intense, de caractère.

Palme d’or « rosé sucré »
Domaine de La Petite Roche, AOP Rosé d’Anjou.
Quel plaisir de retrouver le Grolleau et le Gamay dans un assemblage à l’équilibre parfait, où les sucres résiduels et l’acidité se compensent juste comme il faut pour ouvrir de beaux horizons vers la cuisine asiatique.

Palme d’or « rosé bouche bée »
Divine, Domaine de la Bastide Neuve, AOP Côtes de Provence.
Un millésime 2014 qui prouve que certains rosés peuvent aussi s’élever. Un grand vin de gastronomie, d’une intensité et d’une complexité rare (cire d’abeille, curry, abricot sec).

Palme d’or « rosé gourmet »
Prieuré Saint Hippolyte, Les Vignerons de Fontès, AOP Languedoc.
La bouteille qui a gagné le Pink Award 2017 avec la baudroie de Méditerranée, écrasée de pommes de terre à l’encre de seiche, huile de fenouil, barigoule d’artichauts, sauce citronnée et coriandre, du chef Sébastien Broda (restaurant Le Park 45 au Grand Hôtel).
Un plat qui a du peps, de la gourmandise, un mélange de textures (croquant, fondant, moelleux). Un rosé aromatique, structuré, qui va emporter la bouche pour une sensation de bonheur.

Six Palmes d’or illustrant la merveilleuse diversité des rosés, qui ne sont pas forcément des vins d’un seul été, et que l’on ne doit pas cantonner qu’à l’apéro.
Certaines cuvées peuvent se garder, d’autres nous ouvrent de nouveaux horizons d’accords mets et vins, là où blancs et rouges nous auraient laissés sans issue !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *