Tire-bouchon
commentaires 3

Mon vin du weekend #42

Pendant que certains ont repris un rythme de rentrée effréné, que d’autres guettent la maturité optimale en vue d’un millésime réussi et que des petits veinards se sont envolés vers les plages paradisiaques et maintenant désertes des Cyclades, et bien moi je suis ravie de reprendre du clavier pour vous retrouver !

Afin d’atterrir en douceur, je vous conseille d’ouvrir la bouteille qui vous replongera dans vos souvenirs d’été…

« Sine Sole Nihil » (rien sans soleil) est la phrase qui illustre le cadran solaire du Château Mourgues du Grès et qui me rappelle une chaude soirée nîmoise en compagnie de sa cuvée Galets Dorés, AOP Costières de Nîmes.

Une robe au doré subtil, tel un lever de soleil. Un nez qui évoque la délicatesse des premières senteurs matinales, des agrumes, de la fleur de sureau, du lilas blanc, de la menthe citronnée, de la cardamome, une pointe minérale. Une bouche à l’attaque charnue, droite, à la finale fraîche ponctuée de la juste pointe d’amertume pour lui donner du peps.

Une expression élégante de Grenache Blanc, Roussanne et Vermentino épanouis à souhait sur les galets roulés des Costières de Nîmes.

photo-pate

J’ai encore la saveur exquise de cette goulée avec un petit pâté de Nîmes à la brandade de morue. Je n’ai aucun mal à l’imaginer avec un risotto aux langoustines, des linguine à la poutargue ou un carpaccio de lotte.

Galets dorés (prix 7€), un nom qui lui va bien et qui sent bon le sable chaud !

3 Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *