Adresses d’ivresse
Laisser un commentaire

Restaurants, mes bonnes adresses à Béziers

De passage dans l’Hérault cet été ? Retrouvez mes adresses gourmandes à Béziers, les restaurants où il fait bon vivre, un verre de vin à la main.

Les lectrices et lecteurs qui me connaissent sur le bout des doigts savent que je suis originaire de Béziers et que, malgré « l’actualité municipale », j’aime ma ville. Celle qui a vu naître Jean Moulin, qui a supporté son équipe de rugby légendaire, qui vibre tous les étés au son de la féria, qui a accueilli mes premiers émois….

Voici ma sélection de bonnes adresses, les restaurants que je fréquente avec gourmandise quand je suis dans le biterrois.

Les Louis, le plus rock.

Le quartier : sur les hauteurs, en face de la cathédrale Saint-Nazaire, la plus belle vue de Béziers.

L’endroit : une belle cave voutée décorée avec des objets chinés.

L’ambiance : à l’image d’Eric, le maître des lieux, chaleureuse et décomplexée.

La cuisine : des pizzas généreuses, des fondues savoyardes gaillardes, de belles pièces du boucher.

L’atout charme : deux terrasses très agréables, l’une sous le regard de la ville, l’autre côté cour à l’esprit guinguette.

Carpaccio de Saint-Jacques aux agrumes, Bistrot l’Orangerie, Béziers.

Bistrot l’Orangerie, le plus cosy.

Le quartier : au cœur du centre ville, à deux pas des Allées Paul Riquet, l’artère historique flanquée de ses platanes majestueux.

L’endroit : un bistrot chic et accueillant, une très belle terrasse citadine.

L’ambiance : à la fois romantique et festive, feutrée à l’étage, animée au rez-de-chaussée.

La cuisine : une cuisine bistronomique comme j’aime, des produits frais, de saison, joliment présentés (tartine en aïoli, brandade crémeuse de cabillaud aux agrumes, légumes croquants ou, volaille Label Rouge, gnocchi et son pesto).

L’atout charme : le grand sourire bienveillant de Romain.

Séverine et Eric, Bar La Victoire, Béziers.

Bar La Victoire, le plus vivant.

Le quartier : sur les mythiquesAllées Paul Riquet.

L’endroit : un lieu tout en longueur, des tables qui font face au grand comptoir, propice à la discussion avec Eric. Une jolie déco de bistrot.

L’ambiance : un bar de quartier comme j’aime, plein de vie, où plusieurs générations se côtoient.

La cuisine : La Victoire serait ma cantine du midi si j’habitais à Béziers. Séverine, la femme d’Eric, cuisine divinement bien. Elle publie le menu de la semaine le dimanche soir, il ne reste plus qu’à s’organiser selon nos envies (lundi : curry d’échine de porc, riz sauté au sésame, mercredi : osso bucco de veau, tomate et gremolata, vendredi : encornets farcis…).

L’atout charme : les tableaux accrochés aux murs,des portraits de clients faisant le signe de la victoire. J’offre le vin à la personne qui trouve ma photo, preuve à l’appui !

La Maison Blanche, le plus féérique.

Le quartier : le Champ de Mars, un vaste espace animé, autrefois champ de manœuvre d’une caserne, aujourd’hui tourné vers la culture (université, médiathèque…).

L’endroit : une superbe maison blanche digne d’un conte de fées. 

L’ambiance : amicale !

La cuisine : Jean-Baptiste, le tout jeune propriétaire, a su conserver les plats des habitués (boudin, magret, encornets) tout en apportant sa touche de modernité (brochette de gambas en persillade, tartelette aux spéculoos). De très bonnes tapas pour l’apéro.

L’atout charme : le charme incontestable de cette bâtisse, qui réserve plusieurs petits coins extérieurs intimistes.

Le Chameau Ivre, Béziers.

Le Chameau Ivre, l’incontournable.

Le quartier : sur la superbe place Jean-Jaurès, ornée de belles façades colorées à l’accent méditerranéen.

L’endroit : un bar à vins à la décoration digne de ce nom, on dîne entouré de bouteilles. Une terrasse ravissante sur la place.

L’ambiance : feutrée.

La cuisine : des produits triés sur le volet, le chef Yohann élabore une cuisine raffinée et inventive (brandade de lieu noir au tandoori, pamplemousse, marinade japonaise ou, pastèque en gelée, fraises, basilic, meringue thé vert matcha).

L’atout charme : une carte des vins juste hallucinante ! On ne présente plus Philippe Catusse, élu caviste de l’année en 2016 par la Revue du vin de France.

Vous allez vous régaler, winelovers de mon cœur !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *