En primeur
Laisser un commentaire

Un iSOMMELIER m’a bluffée !

Pléthore d’accessoires fleurissent autour du vin, qui, je vous l’avoue, me laissent plutôt indifférente. Il faut dire que je ne suis pas « gadgets addict » !
Alors, quand j’ai entendu parlé du iSOMMELIER, développé par l’entreprise iFAVINE, je l’ai tout d’abord un peu boudé. Il aura fallu une démonstration en live, lors de ma visite au Château Pédesclaux, pour que mes papilles chavirent !

Comment l’idée d’un iSOMMELIER a-t-elle germé ?
Certains vins méritent d’être carafés. On les transfère dans une carafe afin qu’ils s’ouvrent, qu’ils s’arrondissent. Il s’agit majoritairement de vins complexes, de garde, que l’on consomme avant leur apogée.
La durée d’un carafage varie en gros entre 1 et 4 heures. Quand on se retrouve dans un restaurant étoilé et que l’on doit attendre 2 heures avant d’avaler la première lapée de ce fameux Grand Cru Classé, on est bien embêté !

iSOMMELIER, une carafe à vin électronique et connectée
iSOMMELIER est un outil qui capte l’air ambiant, le filtre (pas de consommable) afin de le purifier (90% d’oxygène pur), puis le diffuse dans votre fameux breuvage.
Une minute équivaut à une heure de carafage traditionnel. Son utilisation est simple, il suffit de régler le temps de diffusion.
C’est une carafe intelligente, qui garde en mémoire le temps d’aération, et connectée, car elle permet d’échanger ces précieuses informations via une application. L’objectif étant d’atteindre 100 000 références.

Pourquoi ce besoin d’oxygène ?
La micro-oxygénation est couramment utilisée lors de la vinification et de l’élevage. Elle permet d’assouplir les tanins et de stabiliser la couleur (pour les rouges), de rehausser la complexité, d’éviter les goûts de réduction et de favoriser l’expression aromatique des vins.
Attention, il ne faut pas abuser des bonnes choses ! Une oxygénation non maîtrisée peut engendrer une destruction des molécules aromatiques, une altération de la couleur (qui vire à l’orangé) et une augmentation des populations de micro organismes indésirables (bactéries acétiques …). Tout ça pour vous dire qu’il s’agit d’adapter la dose aux besoins du vin considéré.
Quand on carafe une bouteille, c’est le même principe. Et c’est là que le iSOMMELIER est performant car il permet de maîtriser l’apport d’oxygène, de mémoriser, d’échanger ces précieuses informations et de gagner un temps précieux !

photo-6

iSOMMELIER sur le grill au Château Pédesclaux
J’ai pu voir cet outil à l’œuvre lors d’une dégustation verticale des vins du Château Pédesclaux. Nous avons testé sept millésimes (de 2009 à 2015) avec des temps allant de 1 à 8 minutes (soit équivalents à 1 à 8 heures de carafage).
Le résultat est épatant ! L’apport maîtrisé d’oxygène est primordial dans l’expression et dans la buvabilité des vins.
Par exemple, un 2012 aéré pendant deux minutes voit sa qualité sublimée. Le nez gagne en élégance et en complexité, la bouche devient plus ronde et ample. En quatre minutes, son profil est modifié. L’aromatique évolue vers des notes boisées (cèdre, vanille), la bouche devient plus crémeuse, un peu plus lourde. Le vin perd un peu de son éclat.

Et l’homme dans tout ça
Il est vrai que son nom a pu faire grincer les dents de certains sommeliers. Mais rassurez-vous Messieurs (il y a malheureusement encore peu de femmes dans la profession), la machine ne remplacera pas l’homme !
iSOMMELIER est un produit innovant qui permet d’optimiser le potentiel du vin, qui répond à un vrai besoin œnologique, mais dont le juge suprême reste nos palais !

L’avenir de iSOMMELIER
La carafe iSOMMELIER est avant tout destinée aux professionnels (prix 995 €HT). Avec 4 000 machines vendues dans le monde (dont 100 en France), elle est aux prémices de son développement mais je pense qu’elle ira loin !

Au fait, mon anniversaire c’est le 16 septembre, au cas où hein !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *