En primeur
Laisser un commentaire

Women do Wine, les femmes changent-elles le monde du vin ?#2

Maintenant que les clichés sont tombés et que nous partons sur des bases saines dénuées de sexisme (voir billet Women do Wine, les femmes changent-elles le monde du vin ?#1), retour sur la deuxième partie de la table ronde que j’ai eu le plaisir d’animer pendant la première rencontre Women do Wine…

Les femmes ont toujours été présentes dans la filière vin, mais certainement pas aux mêmes fonctions. Elles ont été à l’époque interdites dans les chais, puis reléguées à certains travaux de la vigne (les plus fastidieux), cantonnées à des postes de bureau ou de labo… 

Aujourd’hui, même si les femmes du vin manquent encore de visibilité et de reconnaissance, si la parité est loin d’être d’actualité dans tous les métiers, elles ont leur place dans la filière où elles insufflent un vent de diversité porteur d’innovation.

Les jeunes femmes qui reprennent le domaine familial, les néo-vigneronnes, n’hésitent pas à bousculer les habitudes : planter de nouveaux cépages, essayer des nouvelles techniques de vinification, proposer des accords mets et vins originaux… Elles ont envie de sortir d’un univers parfois trop codifié, de rendre le vin plus accessible. 

Par exemple, les femmes sont très présentes sur les réseaux sociaux, elles ont compris que la communication digitale est devenue un outil indispensable (voir billets Les réseaux sociaux, un bon tuyau pour la filière vin #1 et #2).

Ce vent de dynamisme et de nouveauté n’est bien entendu pas propre au sexe féminin. Il est avant tout générationnel et contextuel, mais, à mon plus grand bonheur, les femmes en sont des actrices à part entière !

Nous avons évoqué deux sujets où être une femme peut avoir une incidence.

Si l’aptitude à l’analyse sensorielle n’est bien sûr pas une question de genre, j’ai remarqué pendant mes cours d’initiation à la dégustation que les femmes identifient plus facilement les arômes floraux et les épices. Cette sensibilité olfactive est certainement liée à l’éducation parce que elles sont encore bien souvent derrière les fourneaux…

En terme de machinisme, le fait qu’il y ait de plus en plus de personnes de la gent féminine travaillant à la vigne et dans les chais pousse les constructeurs à développer des outils plus ergonomiques, facilitant ainsi le travail des femmes et des hommes.

Je me suis évidemment retourné la question, est-ce qu’à mon niveau j’ai fait changer le monde du vin ?
Au Domaine la Vivarelle, j’agis avec les compétences et les aspirations d’Audrey Martinez qui sont dépendantes de mon caractère et non pas de mon genre.
Au sein de mon activité de communicante sur le vin, je pense que le fait que je sois une femme militante de l’égalité m’incite à mettre en avant les femmes du vin.

Les femmes sont en train de changer le monde du vin parce qu’en s’unissant elles vont se donner de l’énergie, prendre confiance en elles afin de bouleverser les codes, modifier les rapports de force, faire évoluer la filière vin vers plus d’équité et de respect.

Un grand bravo à l’association Women do Wine pour l’organisation hors-pair de cette belle journée !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *