Autour du vin
Laisser un commentaire

Wine trip, les vins de Géorgie #3

C’est déjà la dernière étape de notre wine trip en Géorgie (voir billets Wine trip, les vins de Géorgie #1 et #2), mais certainement la plus riche… Direction la Kakheti !

Etape 4 : la région de Kakheti.

La Kakheti est le berceau de la vigne en Géorgie. C’est dans cette région à l’extrémité est du pays, frontalière avec la Russie (au nord-est) et l’Azerbaïdjan (au sud-est), que des pépins de raisins vieux de 8000 ans ont été retrouvés dans les qvevris d’antan. 
Elle représente 70% de la production de vin et offre une diversité hallucinante de cépages endémiques (500).

Chubini Wine Cellar

L’arrivée à la Chubini Wine Cellar restera pour moi la plus belle image de ce voyage !

En 2016, à tout juste 25 ans, Tornike a décidé de quitter la bouillonnante Tbilissi pour venir s’installer dans le petit village de Shilda afin d’y lancer son domaine. Il n’est pas arrivé là par hasard. Il lui aura fallu près d’un an afin de dégoter l’endroit idéal.
Mis à part ce panorama grandiose, avec vue sur la chaine de montagnes du Grand Caucase, il a été emballé par ce terroir très qualitatif, peu fertile et caillouteux.

Comme tous les petits vignerons en Géorgie, il s’est tout d’abord consacré à édifier son marani : décaisser le sol à plus de 2 m, positionner ses 28 qvevris, construire le bâtiment en utilisant des matériaux locaux (pierres, bois). Puis ensuite, à acheter des vignes.

Le marani de la Chubini Wine Cellar.

Son premier millésime a été mis en bouteille en 2017, après 12 mois passés sous terre. Il produit aujourd’hui 10000 bouteilles (5000 de Rkatsiteli en blanc et 5000 de Saperavi en rouge).

Tornike a une personnalité très attachante, avide de partage. Dans ses yeux brille l’amour qu’il porte à ses créations, et à sa jeune femme qu’il vient d’épouser…

A faire : séjourner au Château Méré. La grande classe !

Il faudrait bien plus que quelques jours pour découvrir cette terre de contrastes, riche de son histoire et de sa culture. La Géorgie, ses Hommes et ses vins m’ont fait ressentir beaucoup de choses : une impression de retour dans le passé, de l’humilité vis-à-vis de cette technique de vinification traditionnelle, de la curiosité pour ces incroyables cépages autochtones (voire même un brin de jalousie), de l’inquiétude pour l’avenir de ce si beau pays…

Encore un grand merci à Barbara Bacic, fondatrice de Seawine Travel, qui avait déjà organisé mon wine tour en Croatie l’année dernière et à Khatuna Tsereteli , notre guide interprète locale au grand cœur !

Je vous donne rendez-vous très vite dans la rubrique tire-bouchon pour déguster mes vins coup de cœur…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *