Tire-bouchon
Laisser un commentaire

Vins de Géorgie, mes coups de cœur

Je peux vous dire que mon cœur s’est emballé à maintes reprises devant les vins de Géorgie et leurs 500 cépages autochtones ! Voici ma sélection…

Iago Chinuri, Iago’s Wine.

Le plus authentique, Iago Chinuri 2017, Iago’s Wine.

Un vin ambré (voir billet Les vins ambrés de Géorgie) de la région de Kartli (voir billet Wine trip, les vins de Géorgie #1).

Un cépage local, le Chinuri, vinifié à l’ancienne. Après une vendange à la main, les grappes entières sont directement mises en qvevris. La seule intervention de Iago consiste à faire des pigeages manuels pendant la phase de fermentation alcoolique. A la fin de celle-ci, les jarres sont hermétiquement fermées jusqu’à leur décuvage manuel au bout de 6 mois. 

Un vin qui respire à plein nez la fleur d’oranger, le safran, le coing, le citron confit. Une bouche à l’équilibre riche, où la concentration arrive à soutenir la fermeté des tanins. Une finale très longue, envoûtante…

Quand j’ai demandé à Iago avec quels plats l’associer, il m’a répondu : « le meilleur accord est avec les fromages français, comme un vieux Comté ». 

Goruli Mtsvane, Château Mukhrani.

Le plus dynamique, Goruli Mtsvane 2017, Château Mukhrani.

Un blanc à base de Goruli Mtsvane, vinifié à l’européenne, de la région de Kartli : vendanges manuelles, macération pré-fermentaire à froid, pressurage, fermentation et élevage sur lies en cuve.

Un superbe nez gourmand de pêche jaune, mirabelle, citrus, anis étoilé. Une bouche droite et tendue, à la finale vivifiante sur des notes de pamplemousse jaune.

Un vin capable de donner la réplique à un apéritif dînatoire autour de délices de la mer : quiche au saumon, rillettes de thon, bulots, tartares de poisson…

Tsitska, Baia’s Wine.

Le plus « girly », Tsitska 2018, Baia’s Wine.

Un vin ambré de la région d’Imereti (voir billet Wine trip, les vins de Géorgie #2), issu du cépage Tsitska. 

Baia, la vigneronne, a trouvé un compromis entre la « méthode traditionnelle » et « européenne » afin d’obtenir une extraction maîtrisée : égrappage des raisins, macération en qvevris pendant 3 mois, puis élevage en cuves.

Son Tsitska a toute la complexité aromatique d’un vin ambré (abricot sec, miel, fleurs jaunes, curcuma) avec une approche en bouche plus accessible ; des tanins juste présents pour contraster un volume charmeur.

Le vin idéal avec la cuisine asiatique : soupe de poulet à la citronnelle, dim sum, pad thaï, crevettes au curry…

Saperavi, Chubini Wine Cellar.

Le plus fun, Saperavi 2017, Chubini Wine Cellar.

Même si les rouges sont minoritaires, je ne pouvais pas passer à côté du Saperavi ! Avec 10% des surfaces en production, il est le raisin rouge le plus planté en Géorgie.

Cette variété très ancienne appartient à la catégorie extrêmement rare des cépages teinturiers (à la pulpe colorée). Il peut être vinifié à « toutes les sauces » (qvevris, cuves, barriques), en sec, « mi-sucré », sucré ou muté, mais une chose demeure invariable, sa robe rouge est hallucinante de profondeur, presque opaque.

En Kakheti (voir billet Wine trip, les vins de Géorgie #3), Tornike érafle ses raisins, puis les laisse macérer en qvevris pendant 6 mois.

Son Saperavi vous ravira de plaisir ! Un vin sec au nez guilleret de fruits noirs (cassis), poivre, genièvre, eucalyptus, cacao. Une bouche juteuse, fruitée, tout en dentelle.

Un vin plaisir qui donne le sourire !

C’est avec cet article que se clôture ma série sur la Géorgie. Je pense que vous avez ressenti l’émotion que m’a suscité ce voyage, pour plusieurs raisons qui n’évoquent pas seulement l’univers du vin…

Gagvimardjos (santé) !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *