En primeur
commentaires 2

Pourquoi on boit bien en Beaujolais ? #1

Figurez-vous que j’ai participé pour la première fois de ma vie au salon Bien Boire en Beaujolais et que je suis rentrée conquise, mais un brin agacée ! Me voilà complètement « in love » de cette manifestation et de ce vignoble, mais du coup énervée face aux a priori qui traînent encore sur les vins du Beaujolais. Au travers de ces lignes passionnées, je vais vous dire pourquoi on boit bien en Beaujolais ?

Bien Boire en Beaujolais est un salon professionnel qui reflète parfaitement l’ADN de cette appellation.
Il est né de la volonté commune des vigneronnes et vignerons qui ont souhaité partager leur passion et qui l’organisent eux-mêmes en collaboration avec l’interprofession des vins du Beaujolais. Au sein des 3 superbes châteaux qui accueillent cet événement, il y règne une ambiance conviviale, sans chichi, où il fait bon échanger.

Pour cette 7ème édition, 220 producteurs de 5 associations (Beaujoloise, Biojolaise, Beaujol’Art, Beaujol’All’Wines et Les Gamays Chics) ont fait chavirer le cœur des 1 850 professionnels et amoureux du Beaujolais qui ont eu le plaisir d’y participer (+23 % par rapport à l’édition précédente).

On boit bien en Beaujolais…

Parce que le Gamay s’y sent bien

Ce vignoble magnifique aux mille collines qui se déploient avec enthousiasme aux portes de Lyon, sur 55 kms du Sud au Nord, entre les derniers contreforts du Massif central et la plaine de la Saône, est la mère patrie du Gamay Noir (il couvre 98 % du vignoble).

Ce cépage gai mais complexe, peu vigoureux mais fertile, précoce mais sensible, a trouvé ici sa terre de prédilection. Un climat semi-continental tempéré, des coteaux à des altitudes variées (300 m en moyenne), aux expositions favorables (Sud, Sud Est), à la diversité de sols impressionnante (granit, schistes, diorites, grès, argiles…), lui permettant un large éventail d’expressions qui lui vont si bien !

Il est le cépage principal (et souvent unique) des vins rouges issus des 10 Crus du Beaujolais (du Sud au Nord : Brouilly, Côte de Brouilly, Régnié, Morgon, Chiroubles, Fleurie, Moulin-à-Vent, Chénas, Juliénas, Saint-Amour) et des vins primeurs, rouges et rosés des 2 AOP Beaujolais et Beaujolais Villages.

Grâce à une méthode de vinification particulière au nom mystérieux, la macération carbonique ou semi-carbonique, les producteurs ont réussi à dompter sa fougue pour le révéler en beauté.

Parce que les vins du Beaujolais font du bien

A chacun son Beaujolais ! Il y a des vins pour tous les palais et toutes les occasions : des vins de fête avec les Beaujolais Nouveaux (1/4 de la production totale des vins du Beaujolais), d’autres fruités et gourmands pour se retrouver entre amis, certains fins et parfumés pour un moment d’intimité, ou intenses et généreux pour une soirée d’exception.

La diversité des terroirs et la grande amplitude du Gamay permettent de produire aussi bien des vins plaisirs que des grands vins de garde.
Et n’oublions pas les Beaujolais et Beaujolais Villages rosés et blancs ! Ces derniers, à base de Chardonnay, ne représentent que 2 % de la production, mais je peux vous dire qu’ils valent le détour !

« Des vins de maintenant : délicats, simples, gourmands, fins, beaux et joyeux, qui vont de pair avec tout », Louis-Benoît Desvignes (président de Bien Boire en Beaujolais).

Parce que les vigneronnes et vignerons sont des gens bien

Si vous avez l’occasion de venir en Beaujolais, vous serez immédiatement séduits par la convivialité et la solidarité de ses protagonistes !

Après les moments difficiles que l’appellation a traversés il y a une dizaine d’années, ils ont su se serrer les coudes pour repenser la culture de la vigne en vue d’affirmer la qualité des vins. Ils ont été précurseurs dans le respect de la nature et des Hommes. C’est ici que l’association Terra Vitis, à l’origine de la certification « viticulture raisonnée », a vu le jour dès 1998.

Les producteurs du Beaujolais sont unis pour faire reconnaître leur vignoble. Ils ont envie de partager leur savoir-faire.
Une superbe énergie se dégageait du salon Bien Boire en Beaujolais. Il faut dire aussi qu’une nouvelle vague de jeunes vigneronnes et vignerons souffle un vent de créativité. Le Beaujolais est attractif (notamment en terme de prix des terres), il permet à tout un chacun de trouver sa place et d’exprimer ses différences. 

Parce qu’on y mange bien

La proximité de Lyon, la capitale gastronomique française, y est certainement pour quelque chose. Le vignoble regorge d’adresses gourmandes !

L’interprofession a même édité un guide des Bistrots Beaujolais. Une sélection de 296 tables ambassadrices à travers le monde, qui respectent les codes du Beaujolais (qualité, gourmandise, convivialité), et qui associent les vins aux spécialités culinaires de la région.

En ce début d’année, le concept de Beaujonomie, un mélange de bistronomie et de Beaujolais, a été lancé afin de mettre en valeur les différents types de Beaujolais (de fête, de caractère et d’exception) et de redorer l’image de marque de cette appellation qui le vaut bien !

On boit bien en Beaujolais parce qu’il y a un équilibre subtil d’unité et de diversité !

A suivre, les vigneronnes et vignerons du cru vous disent pourquoi on boit bien en Beaujolais…

2 Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *