En primeur
commentaires 2

Le Muscadet s’est refait une beauté !

Si vous pensez encore que Muscadet rime avec blancs très acides, à consommer rapidement et uniquement avec des huitres, ce billet est fait pour vous ! Car depuis quelques années, il s’est refait une beauté…

Le Muscadet est un vin blanc produit à partir d’un cépage unique, le Melon de Bourgogne.
Une variété originaire de la région du même nom, que vous ne retrouverez aujourd’hui qu’en Val de Loire.
Ses vignes sont facilement identifiables, avec leurs feuilles et leurs baies bien rondes qui rappellent la forme d’un melon.

L’aire d’appellation est au sud de la ville de Nantes, sur une superficie d’environ 9000 ha, segmentés en une classification pyramidale : une AOP régionale Muscadet, trois sous-régionales (Muscadet-Sèvre-et-Maine, Coteaux-de-la-Loire, Côtes-de-Grand-Lieu) et trois crus communaux (Muscadet-Sèvre-et-Maine-Clisson, Gorges, Le Pallet).
Six autres crus communaux sont en cours de reconnaissance.

Cette hiérarchisation est basée sur une sélection des parcelles et sur l’établissement de cahiers des charges appliqués aux profils sensoriels des vins. Les consommateurs doivent pouvoir identifier les Muscadets issus des différentes appellations.

Car en Muscadet, il y a une diversité de terroirs et de méthodes de vinification, qui donnent des vins aux qualités organoleptiques variées !
Des sols à dominante granitique avec des gneiss, micaschistes, roches vertes.
Des rendements parcellaires limités, décroissants (de l’AOP régionale, aux crus communaux).
Une maturité de la vendange contrôlée, croissante (de l’AOP régionale, aux crus communaux).
Une durée de l’élevage sur lie variant de 4 à 17 mois minimum.

La caractéristique commune des vins du Muscadet est leur belle fraîcheur.
Selon leur classification, ils s’expriment sur des arômes fermentaires, ils sont faciles à boire, avec un petit côté perlant. Ou sur des notes d’élevage, avec une acidité réduite, plus de volume en bouche, de la complexité, un grand potentiel de garde.

D’un plateau de fruits de mer, à un repas de fins gastronomes, les Muscadets sauront vous accompagner !

Je vous avais déjà parlé du Château La Chevillardière, AOP Muscadet-Sèvres-et-Maine sur Lie dans mon vin du weekend #39. Un vin blanc étincelant, alliant fraîcheur et complexité.

Aujourd’hui, je jette mon dévolu sur la cuvée Jubilation des Vignerons du Pallet, AOP Muscadet-Sèvre-et-Maine Le Pallet, 2014.

Un superbe nez de citron confit, curry jaune, anis, une pointe beurrée. Une bouche élégante et revigorante, à l’attaque sur le gras, puis qui se pare de vivacité. D’une longueur impressionnante.
Juste parfait avec « La Révolution des légumes » (choux fleur, asperges vertes, pomme de terre) du chef (Thibaut Ruggeri, Fontevraud Le Restaurant).

Muscadet, tu me fais jubiler !

2 Commentaires

  1. T-L A dit

    Merci à Vous des plus profonds pour ces articles des plus délicieux.

    Je pense que vous serez d’accord avec ces deux propos viniques :

     » Le vin est la partie intellectuelle d’un repas. Les viandes et les légumes n’en sont que la partie matérielle. » Alexandre DUMAS (reçu sur un menu gastronomique)

    « Un petit verre de vin, c’est comme une robe légère, une fleur de printemps, c’est le rayon de soleil qui vient égayer la vie. » Christian DIOR (reçu sur le courrier d’une confrérie vinique)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *