En primeur
Laisser un commentaire

Le vin vegan est-il bon ?

Légalement, « le vin est exclusivement la boisson résultant de la fermentation alcoolique complète ou partielle du raisin frais foulé ou non ou du moût de raisin ». Alors pourquoi parle-t-on de vin vegan ? Le vin vegan est-il bon ?

Le véganisme (ou végétalisme) est un « mode de vie alliant une alimentation exclusive par les végétaux et le refus de consommer tout produit (vêtements, chaussures, cosmétiques…) issu des animaux ou de leur exploitation ».
On est bien d’accord, mais quel est le rapport avec le vin ?

Même si notre nectar préféré est issu de belles grappes de raisin, choyées par des vigneronnes et vignerons attentionnés, il peut avoir un côté animal…

Attention, cela n’a rien à voir avec certains arômes d’évolution que l’on qualifie à dominante animale (cuir, musc) ou défauts du vin (sueur de cheval), tout est une question de collage.

Le collage est une pratique œnologique très ancienne, remontant au XVIIème siècle, ayant pour objectif de clarifier, stabiliser, améliorer les qualités organoleptiques (amertume, astringence), augmenter la filtrabilité du vin.
En fait, il s’agit d’incorporer des substances capables de floculer et de sédimenter en entraînant les particules qui troublent le vin. Et c’est là que le bât blesse…

Ces produits sont de nature protéique, végétale ou animale !
Vous connaissez tous l’origine des cannelés bordelais. Ils sont élaborés à partir de jaunes d’œufs parce que les blancs (à base d’albumine) étaient utilisés pour coller les vins.
Aujourd’hui, l’albumine d’œuf, la colle de poisson, la caséine du lait, peuvent être employées mais pas pour les « vegan ».

Vous l’aurez compris, un vin vegan n’utilisera pas de colles d’origine animale mais végétale, qui sont tout aussi efficaces. Il n’y a donc aucune raison technique pour qu’un vin « vegan » soit moins bon !

Preuve à l’appui avec le Domaine de Michelet des Vignerons de Buzet. Un vin rouge issu de Cabernet Franc et Merlot, labellisé biologique et vegan, et sans sulfites ajoutés.

Un nez appétant et élégant, avec de jolies notes confiturées (prune, cassis), épicées, fumées. Une bouche fluide, droite, au grain fin, à la finale qui fait saliver sur des arômes de cacao.

Une cuvée à déguster avec des plats végétaliens (et oui c’est possible !) : une salade de pois chiches et olives noires, des haricots tarbais aux oignons confits, une poêlée de pommes de terre grenaille et carottes des sables.

Ils sont branchés les Vignerons de Buzet !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *