En primeur
commentaires 2

Êtes-vous prêts à consommer du vin en canettes ?

Figurez-vous qu’à l’occasion du dernier Vinocamp, j’ai dégusté du vin en canettes et que, juste après cette expérience somme toute déstabilisante, je me suis retrouvée face caméra afin d’exprimer mon ressenti. Alors, comment dire…

La société Winestar a mis au point une technologie novatrice, garantissant la conservation du vin grâce à un revêtement interne spécifique. En gros, il s’agit de mettre en canettes un produit prêt à être consommé, sa qualité initiale étant garantie pendant « quelques » années.
Elle a opté pour un positionnement haut de gamme ; du noir, un coffret digne d’un parfum, une sélection de vins de terroirs issus de vignobles prestigieux.

La question fatidique est : quelle est la cible pour du vin en canettes ?

A sauter le pas, j’imagine un packaging avec des couleurs qui pètent, des vins accessibles, style « technologiques » (fraise tagada, un brin sucré), s’adressant aux nouveaux consommateurs, peu attachés à la sacralisation du vin. Une canette de vin « premium » trouvera-t-elle sa place ?

Boire un vin directement à la canette est pour ma part impensable ! Comment l’apprécier en se privant de la vue et de l’odorat ?
Il nous reste donc l’option de le verser dans un verre à pied (expérience que j’ai testée), mais on se prive alors de l’intérêt nomade de l’histoire (un repas pris sur le pouce, un pique-nique).

Quel est l’avantage d’une canette de 18,7cl (prix aux alentours de 2,50€) par rapport à une demi bouteille (50cl) ? Une consommation équivalente à un verre de vin, plus responsable ?

Les professionnels (restaurants, bar à vins), pourraient-ils être intéressés afin d’éviter la problématique de la bouteille ouverte ?

Différents vins en canettes ont déjà été adoptés par plusieurs pays (Australie, Etats-Unis, Allemagne, Chine…). Des consommateurs qui n’ont peut-être pas le même rapport au vin que les Français ?
Bien que les habitudes évoluent, à l’apéro (apéros dînatoires), sur les dancefloors (en été avec le rosé), nos chers concitoyens ont encore une consommation traditionnelle du vin (le weekend, au moment des repas).
Une image qui est cependant parfois lourde à porter ; un vocabulaire indigeste, la difficulté de s’y retrouver, la peur de se tromper, qui peut refroidir les néophytes.
Le vin en canettes permettra-t-il aux générations Y de lever les barrières à l’entrée dans le monde du vin ?

photo-degustation

Et la qualité dans tout ça ?

J’ai donc dégusté un vin blanc, AOP Corbières, provenant du Château de l’Ille, que j’ai trouvé « sans vice ni vertu ».
L’aspect visuel joue un rôle important pour se préparer favorablement (ou non) à la dégustation d’un vin. Aurais-je donc manqué d’objectivité ?

Le vin en canettes suscite beaucoup d’interrogations. Les français sont-ils prêts à faire évoluer les codes de leur art de vivre ?
Qui vivra verra…

2 Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *