Tire-bouchon
commentaires 4

Mon vin du weekend #59

Ce weekend, je vous lance une œillade, un regard furtif pour marquer ma tendresse. Mais saviez-vous que l’Œillade est aussi un cépage ?

Le Domaine Capitelle des Salles, situé sur le terroir des Terrasses du Larzac, nous ravit avec une cuvée plaisir qui a cheminé à travers le temps. Caminaïre, « celui qui chemine » en occitan, désigne cet assemblage croquant de Cinsault et d’ Œillade complété d’une pointe de Syrah et Grenache Noir.

L’Œillade est un cépage rare originaire du Languedoc. Certains le disent l’ancêtre du Cinsault, d’autres font la confusion entre les deux. Le fait est que, même si ces autochtones possèdent des caractéristiques ampélographiques communes et engendrent des vins légers et peu colorés, si on les regarde de plus près, il s’agit bien de deux cépages distincts.

Aujourd’hui, on peut compter sur les doigts d’une main (peut-être deux !) les parcelles d’Œillade encore présentes dans la région. Les pépiniéristes n’en ont même plus au catalogue. Alors, quand on a la chance d’en déguster, on saute au plafond !

Caminaïre (prix 7,70€) est le vin de copains par excellence, un breuvage joyeux, qui donne envie de trinquer !
Son nez sent bon la garrigue au printemps, la noix de muscade et la confiture de fraise. Sa bouche bien ficelée se goûte avec gaieté, des tanins soyeux, une concentration friande.

Une cuvée pour accompagner les premières grillades ; cuisses de poulet aux herbes de Provence, côtelettes de porc, brochettes de bœuf.

Pour un weekend de rigolade !

4 Commentaires

  1. Burguiere dit

    Très intéressant, on peut également trouver une cuvée d’oeillade du côté de Roquebrun chez Thierry Navarre. fervent défenseur des cépages rares. Merci pour vos articles, en espérant se croiser un jour !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *