Sous les spotlights
commentaires 2

Bienvenue chez les Arjollains

Quand on passe le portail du Domaine de L’Arjolle, on pénètre dans un univers où qualité, diversité et plaisir sont les maîtres mots, l’univers des Arjollains.
Les Arjollains constituent une grande famille de 9 associés (principalement de père en fils) épaulés par une équipe motivée. Ensemble, ils œuvrent avec passion et professionnalisme à la prospérité du domaine.

Fondé en 1974 par deux frères, Prosper et Louis-Marie Teisserenc, L’Arjolle est un des fers de lance de l’IGP Côtes de Tongue. De par leur technicité, leur goût de l’innovation et leur dynamisme commercial (notamment à l’export), ils ont contribué indéniablement au développement de la notoriété des vins de l’IGP Pays d’Oc.

photo amphore

Aujourd’hui, bien loin de l’amphore traditionnelle nommée « arjolle », qui servait à transporter le vin d’antan, le domaine compte 95 ha (une commercialisation de 700 000 bouteilles), une large palette de cépages, un très bel outil de production doté d’un chai d’élevage de 800 barriques érigé par l’architecte Bruno Lapostat.

photo-bariques

Une des particularités de L’Arjolle, en comparaison avec les autres structures environnantes, réside dans sa commercialisation (85 % de vente à l’export) et ses méthodes de vinification. En vue de produire des vins plaisirs à la qualité régulière, une majorité de la production fait l’objet d’un élevage sur lies en barriques pendant 6 à 12 mois.
En compagnie de François Teisserenc (le fils de Louis-Marie), j’ai eu la chance de déguster les tout premiers « jus » du millésime 2014 et de comparer l’influence des différents qualités de barriques sur leur typicité ; un millésime faible en quantité (moins 30%) mais qui saura ravir nos palais !

photo-Z-et-K

Le domaine présente une large gamme de cuvées d’assemblages ou de mono-cépages. Mon attention a été attirée par « Le Z » et « Le K » de L’Arjolle.
« Le Z » comme Zinfandel, le seul hectare planté en France. Ce cépage est originaire de Croatie ; on le rencontre principalement en Californie et en Italie (sous le nom de Primitivo).
« Le K » comme Carménère, très anciennement cultivé dans le Médoc et représenté majoritairement au Chili.
Deux vins issus de cépages originaux qui ouvrent notre imagination vers des accords mets et vins interplanétaires !

photo-chloe

Je tiens à remercier tout particulièrement Chloé Bonano, responsable communication, pour son accueil fort sympathique et cette belle balade gustative.

Pour les gourmets, et les gourmands, je vous recommande d’aller faire un tour aux « Mercredi Vins » ; des soirées mets et vins organisées tous les 2 mois, dans le remarquable chai à barriques, en partenariat avec l’Auberge de Combes, un haut lieu de la gastronomie héraultaise.
A mercredi !

2 Commentaires

  1. Merci pour cette balade dans l’univers des Arjollains, je suis assez fan du Z et de la fraîcheur du chardonnay, sans parler des « Paradoxe ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *