Tire-bouchon
Laisser un commentaire

Mon vin du weekend #13

Le weekend dernier, les quais de Bordeaux (et moi-même) se sont enflammés à l’occasion de Bordeaux fête le vin.
Le suspens a maintenant assez duré ! Il est grand temps de vous faire découvrir l’élu de mes papilles pour ma séance de dégustation en live.

Connu principalement pour ses grands crus classés, Bordeaux est incontestablement le vignoble le plus prestigieux au monde. Mais, c’est aussi des petits producteurs, des vignerons qui œuvrent avec moins de moyens mais avec tout autant de talent.
Ce weekend, j’ai voulu leur rendre hommage en sélectionnant un vin rouge du Château Côtes de Cassagne, millésime 2012, AOP Bordeaux Supérieur.

Myriam et Cyril Chancelier se sont lancés en 98 en acquérant 2 ha de vignes sur la commune de Ruch. Des parcelles admirablement situées sur un des plus hauts et des plus beaux plateaux de la zone viticole AOP de l’Entre-deux-Mers.
Ces deux passionnés bichonnent leurs vignes qui entourent leur habitation ; tout est fait manuellement. Je me suis baladée dans leurs parcelles et je peux vous dire qu’il n’y pas une feuille qui dépasse !

photo-2bis

Ils produisent des vins que l’on qualifie de « vins de garage ». Bien loin des cuviers conçus par des architectes de renom, ils ont aménagé un petit chai simple mais efficace dans leur ancien garage.

La cuvée Château Côtes de Cassagne est issue d’un assemblage de Merlot (50%), Cabernet Sauvignon (30%) et Cabernet Franc (20%).
Les parcelles à petits rendements (35 hl/ha) sont vendangées manuellement à maturité optimale. Après une vinification en rouge classique, le vin est élevé en barriques (de 2 à 3 vins) pendant 18 mois.

Une belle robe d’un rouge profond avec des reflets rubis ; un nez expressif sur des notes de petits fruits noirs mûrs (cassis, mûre), de griotte, d’épices, d’eucalyptus et de grillée ; une bouche ample, pleine, à l’équilibre gourmand, une belle concentration, des tanins présents mais soyeux, une finale agréable sur des arômes de griotte.

Un vin à déguster sans attendre ou à redécouvrir dans les 5 à 6 ans ; à déboucher avec une entrecôte à la Bordelaise ou une côte de bœuf grillée aux sarments de vigne (of course !).

Des bouteilles que l’on retrouve exclusivement chez les cavistes (prix 8€) : l’Envers du Décor, La Caisse de 12. Avec, en prime, une cuvée choc, « No wood is good » ; point de bois mais un élevage de 18 mois dans une cuve béton en forme d’œuf. Comme pour bousculer les codes traditionnels de la vinification Bordelaise…

Le Château Côtes de Cassagne, un vin charmant pour un weekend renversant !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *