Tire-bouchon
Laisser un commentaire

Mon vin du weekend #12

Au mois de mai, les Vendredis du Vin nous ont amenés sur la route 66 à la découverte du vignoble du Roussillon ; une terre de contrastes et de diversités.
Sur la route 66, le choix fut difficile. Après un premier arrêt au Domaine de la Toupie, retrouvons-nous à Tautavel sur les terres du Mas Janeil.

Le Mas Janeil appartient au célèbre Bordelais François Lurton, propriétaire de plusieurs vignobles en France et à travers le monde (Argentine, Chili, Portugal, Espagne).
C’est un domaine de 40 ha, niché sur le fameux terroir de la vallée de l’Agly, où les vieux gobelets s’épanouissent à souhait sous ce climat sec et venteux.

photo-2

Au détour d’un virage escarpé, se dessine le Mas Janiel. Un bâtiment contemporain, ouvert sur le vignoble, qui s’intègre parfaitement dans ce paysage du bout du monde.

J’y ai été accueillie par Laurent Dal Zovo, le responsable technique, qui m’a présenté un chai tout d’inox et de béton vêtu, réchauffé d’une touche de bois dans la partie dédiée à l’élevage des vins (en barriques ou demi-muids).
Laurent, œnologue de son état, met en œuvre son expérience, son inventivité et sa passion du vin à l’élaboration d’une belle gamme de produits au design moderne et original.

photo-3

Après une dégustation acharnée et bien sympathique, j’ai jeté mon dévolu sur la cuvée « Le Traou de l’Ouille », 2011, AOP Côtes du Roussillon blanc.

Pas besoin de vous plonger illico dans vos dicos, « Le Traou de l’Ouille » se traduit « Le Trou de l’Eau ». Il fait référence au nom de la parcelle, située sur un creux proche du ruisseau du même nom.

Cette cuvée est issue d’un assemblage de vieux ceps de Macabeu et Grenache Gris, vendangés à la main, puis élevés 10 mois en demi-muids (barriques de 600l) et bâttonnés régulièrement afin de lui apporter complexité et richesse.

Une robe séduisante, brillante aux reflets dorés ; un nez flatteur, fin et complexe, sur des notes de pêche blanche, d’abricot sec, de fleur blanche et d’un soupçon de grillé ; une bouche charnue, ronde, équilibrée par une bonne fraîcheur, une finale longue sur des arômes d’abricot sec et de noisette grillée.

Un grand vin blanc de gastronomie (prix 22€), qui magnifiera vos poissons et crustacés sortis tout droit de la méditerranée ; petits rougets grillés, poêlés de piste (ou petits encornets), bourride de lotte.

« Le Traou de l’Ouille », un vin blanc raffiné pour un weekend tout en affinité !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *