En primeur
Laisser un commentaire

Le ptit coup de gueule du 8 mars !

Et bien oui, je l’avoue, pour moi la journée internationale des droits des femmes n’est pas anodine !
Rassurez-vous, je ne vais pas vous parler de lapidation, d’excision, de mariages forcés ou autres horreurs de cet acabit mais juste de quelques us et coutumes rencontrés au détour d’un article, d’une dégustation, d’un repas, d’une conversation, qui me font fermenter à souhait !

Le César de l’expression à bannir est attribué à … (roulement de tambours) : « un vin de femme » ! Non mais, au secours !!! Dans ces cas là, au lieu de vociférer allègrement, je demande (avec un petit sourire en coin) : « Vous entendez quoi par là ? » Et bim ! Voilà que mon charmant interlocuteur s’enlise dans une explication tirée par les cheveux du style « pas trop tannique, avec de la rondeur, de la sucrosité, faible en alcool, un packaging coloré, … »
Ah bon ? Je ne savais pas que la gent masculine était fan inconditionnel du bon vieux rouge qui tache, aux tanins asséchants et à l’étiquette morbide !

L’oscar des commentaires de dégustation à dépoussiérer est attribué à : « les jambes d’un vin » et « avoir de la cuisse ».
Les jambes désignent les traces transparentes qui s’écoulent sur la paroi intérieure du verre et qui sont en fait de l’éthanol et du glycérol, témoins de la maturité des raisins. Un conseil, elles peuvent être joliment évoquées par les larmes ou l’onctuosité d’un vin.
En bouche, un vin qui a de la cuisse sera plus finement décrit comme un vin rond, charnu avec une certaine nervosité.

Et que dire de ces restos fort peu sympathiques qui proposent la carte des vins et la dégustation du premier verre à ces messieurs ? Tout simplement, tchao ! Vous ne m’y reverrez plus !

Allez, avant de passer sur des notes plus positives, je vous ai sélectionné deux étiquettes qui se passeront de commentaires ! Juste un grand merci aux Celliers des Demoiselles et leur cuvée Messaline ainsi qu’à Vinovalie et leur BABV Ginger Rose pour leur délicatesse ! Ce dernier étant incarné pour de vrai (je peux en témoigner) par une jolie rousse très peu vêtue sur leur stand à Vinexpo Bordeaux !

vinifille-2

Même si l’on voit encore très peu de maîtres de chai femmes dans certaines régions viticoles (suivez mon regard), les métiers du vin se sont féminisés et les femmes y sont respectées pour leurs compétences. La passion commune de la vigne et de son nectar délicieux réunit hommes et femmes sous la même capsule !

Je voudrais saluer deux belles initiatives rencontrées sur VINISUD : Vinifilles et Femmes Vigne Rhône.

rhone-2

Ces deux associations rassemblent des professionnelles de la filière viti-vinicole (vigneronnes, négociantes, journalistes, œnologues) dont l’objectif premier est de promouvoir le travail des femmes mais aussi de partager leur passion et de faire connaître les vins de leur région.

Allez, retrouvons-nous en toute égalité autour d’un verre !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *